Home / L’AO Alliance a organisé un cours sur les principes du traitement non-opératoire des fractures au Niger

L’AO Alliance a organisé un cours sur les principes du traitement non-opératoire des fractures au Niger

Les 3 et 5 octobre derniers, l’AO Alliance a organisé à Niamey, au Niger, son quatrième cours portant sur les principes de la gestion non-opératoire des fractures. Cette formation intensive de trois jours a eu lieu dans la capitale, Niamey, et a attiré 60 participants venus des quatre coins du pays – personnel du bloc opératoire et médecins généralistes qui effectuent des opérations chirurgicales d’urgence.

Le Niger, pays enclavé d’Afrique de l’Ouest, souffre d’une pénurie de chirurgiens orthopédistes qualifiés – il en compte actuellement 10 pour une population d’un peu plus de 20 millions d’habitants. L’accès aux soins médicaux est d’autant plus difficile en raison de la condition des infrastructures routières et de la dissémination de la population sur une superficie de 1,26 million de km2. Aggravant encore la situation, les accidents de la route sont l’une des principales causes de décès chez les jeunes hommes en âge de travailler – ce constat est valable pour le Niger, et pour d’autres pays à revenu faible ou intermédiaire. Ceux qui parviennent à survivre à leurs blessures risquent de voir se développer des infections et des handicaps bouleversant leur vie s’ils n’ont pas accès à des traitements appropriés à temps – avec ou sans intervention chirurgicale.

Les formations de l’AO Alliance ont pour objectif de réduire la charge des traumatismes en améliorant les connaissances et les compétences des professionnels de la santé. C’est au moyen de conférences, d’ateliers pratiques et de discussions interactives, que les formateurs de l’AO Alliance ont enseigné aux participants les principes de base du traitement des fractures les plus courantes ne nécessitant pas d’intervention chirurgicale et les méthodes permettant de reconnaître les fractures qui, au contraire, nécessitent une opération chirurgicale et d’être orientées à temps vers les établissements de santé appropriés ou vers des spécialistes. Le but du cours est que les participants puissent donner le meilleur traitement possible à leurs patients, pour qu’ils puissent récupérer toutes leurs fonctions et retourner à leur vie quotidienne.

L’équipe de 12 enseignants, dirigée par le Pr Souna Badio Seyni, se composait de 10 chirurgiens orthopédistes venant du Niger, un du Burkina Faso et un de Côte d’Ivoire. Le Pr Badio Seyni prévoit deux autres formations en 2019, y compris un séminaire pour les chirurgiens.

Related News


61 results out of 66 posts
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • ...
  • 7
  • »

Every bit of help counts

Processing...
Thank you! Your subscription has been confirmed. You'll hear from us soon.
Sign up for our newsletter
ErrorHere